Des mois que je n’ai pas écrit ici, j’ai un peu honte car en ouvrant ma chaîne youtube l’an dernier je tenais vraiment à ce que les deux soient complémentaires et finalement j’ai délaissé le blog. Mais j’avoue que cela m’avait bien manqué. Pour mon retour j’ai envie de vous parler d’organisation, ce qui m’a permis de pouvoir reprendre le blog tout en ne laissant rien d’autre de côté dans ma vie.

On va donc parler bullet journal. Vous en avez probablement déjà entendu parler, et si ce n’est pas le cas je suis ravie de vous apporter de petites informations sur le sujet.

L’inventeur s’appelle Ryder Caroll. Il a pensé le bullet journal comme une pratique évolutive, adaptable pour être organisé, améliorer sa productivité. Pour sa part, il utilise cela d’une manière très minimaliste, sans fioritures. Il suffit d’un carnet et d’un crayon. Le concept est de réunir un agenda, des listes volantes et un « journal intime » en un seul carnet.

J’avais opté l’année dernière pour un modèle des éditions Marabout. Il était déjà tout prêt, pour voir si le système me convenait. En faisant davantage de recherches sur le sujet, je suis tombée sur de nombreuses personnes qui le faisaient de façon créative et j’ai adoré. J’aime énormément avoir des cahiers colorés, bien présentés etc. Je me suis donc tournée par la suite vers un carnet pour le faire de A à Z. J’ai décidé de me procurer le Leuchtturm 1917. J’ai choisi ce carnet à points, mais vous pouvez bien évidemment prendre n’importe lequel. Faites juste attention au grammage des pages car certains stylos, surligneurs peuvent passer à travers. C’est d’ailleurs ce que je reproche un peu au mien, ce que je trouve un peu dommage. Je pense que je changerais de marque à la fin de celui-ci, si, d’ici-là ils n’ont pas sorti un papier plus épais.

Pour ce qui est du matériel, j’utilise principalement les crayons pigma micron qui écrivent avec une encre de chine. J’ai acheté un kit de huit mines différentes, ce qui est bien pratique. Ensuite j’utilise les fameux stabilo boss, le pack pastel que je préfère aux originaux ainsi que les feutres pen 68 de la même marque en coloris pastel. J’avoue je suis une grande fan du pastel! Je possède également le Pentel Sin pen touch pour faire mes titres un peu plus épais mais surtout, la mine permet de faire de la calligraphie. Je ne suis pas encore au point mais j’y travaille. Pour finir avec les crayons, j’ai également les Pitt artist pen de chez Faber Castell que j’aime beaucoup. Ils ont une mine pinceau qui permet de faire aussi de la calligraphie ou tout simplement surligner, colorier. Pour apporter un peu d’autres textures j’ai pas mal de washi tape (masking tape). D’ailleurs j’en possède certains depuis plusieurs années déjà et d’autres que j’ai acheté récemment. C’est hyper décoratif en étant très rapide. Je fais parfois un peu d’aquarelle. Le papier du carnet absorbe bien l’eau sans pour autant gondoler, donc c’est plutôt un bon point. J’utilise pour le moment seulement des crayons de couleurs aquarellables de la marque Bruynzeel.

Alors maintenant qu’on a vu tous ces détails comment je fonctionne ?

En début de carnet on crée un index qui nous permettra de noter au fur et à mesure certaines pages avec leur numérotation. L’avantage de ce cahier est le fait qu’il soit déjà paginé. Je ne marque que les pages importantes. Ainsi lorsque celui-ci sera davantage avancé je pourrais m’y retrouver facilement. Ensuite nous avons les clés, ce qui nous aide a nous organiser. Chacun à son propre système, c’est préférable de trouver le vôtre. C’est un code que j’utilisais déjà dans mon ancien carnet donc je le connais par cœur. Je ne reviens finalement jamais à cette page.

Ensuite j’ai plusieurs pages qu’on appelle « collection ». Ce sont des pages qu’on ne refais pas tous les mois. Pour ma part je suis mon cycle, par exemple il a tendance à être assez irrégulier donc c’est pour garder une trace de ça pour les rdv gynécologiques (oui oui so glam). J’ai la liste des livres que j’aimerais me prendre, les séries/films à voir ou que j’ai vu, ainsi qu’une liste de voyages que voudrais faire. J’ai ensuite un tracker d’humeur : un grand tableau pour toute l’année pour pouvoir faire un bilan à la fin de celle-ci.

Je commence mes pages de mois avec une présentation, minimaliste ou davantage colorée. Un tracker d’habitudes pour suivre un peu ce que je fais. Grâce à ça je peux en fin de mois analyser mon travail et apporter des améliorations si besoin. On passe après sur mes semaines. J’essaie de leur donner une identité visuelle différente à chaque fois. C’est ce que j’apprécie dans le fait de faire tout soi-même.

Je mets également tous mes scripts de vidéos qui ont besoin d’être travaillés. Après j’ai un » bocal » à souvenirs pour toujours finir sur une note positive. On trouve de temps à autre des pages sur le développement personnel, des techniques, de nouvelles pratiques que je découvre et je note toutes les infos. J’écris aussi mes rdv téléphoniques professionnels etc.

Qu’est-ce qui fais que je suis plus productive ?

Je pense que c’est avant tout parce que c’est un challenge avec moi-même. Je me fixe des tâches, et je fais tout pour optimiser mon temps. Le fait d’avoir envie de cocher mes tâches me motive. Bien entendu je ne me mets pas des objectifs impossibles, ou un nombre énorme. Bien que par exemple cette semaine j’avais énormément de choses à faire, même si je ne reporte qu’une seule tâche au moins je vois tous ce que j’ai réussi à faire. J’en tire satisfaction, donc positivité. C’est une habitude à présent.

Je ne passe pas des heures à m’organiser pour ceux qui demanderai. J’aime faire la mise en page donc j’ai des petits créneaux fait pour. Au quotidien je planifie mes tâches en à peine cinq minutes, sachant que mes semaines sont faites à l’avance. Je peux même m’organiser sur le plus long terme.

Et vous, dites-moi faites-vous en un ? Où puis-je trouver votre contenu ?

 

Des bisous, S.

vidéo en rapport 


SUIVEZ MOI :

Rendez-vous sur Hellocoton !